En France on compte 11 millions d’aidants*. Ces personnes s’occupent de leurs proches en situation de dépendance, en raison de l’âge, d’une maladie ou d’un handicap.

*D’après le baromètre 2017 publié par la fondation April et BVA.

Les personnes en situation de handicap

Le nombre de personnes en situation de handicap en France s’élève à 12 millions*.
Le handicap peut se manifester sous différentes formes et n’est pas toujours facilement reconnaissable.

Chaque situation de handicap comme la mobilité réduite, la malvoyance, la déficience auditive, ou encore les maladies mentales, l’autisme, la déficience intellectuelle, nécessite des besoins spécifiques et des aides particulières.

Les personnes en situation de handicap sont des gens comme les autres qui vivent avec leurs peurs, leurs joies et différentes émotions.

Le monde du handicap peut paraître mystérieux, voire effrayant, il faut savoir s’y adapter.
Avec un peu de bon sens, quelques attentions et beaucoup de respect, on développe un bon contact et une bonne entente.

N'oubliez pas, il reste essentiel d'être patient, attentif, prévenant et à l'écoute avec des personnes en situation de handicap.

*Source OCIRP 2018 : https://www.ocirp.fr/actualites/les-chiffres-cles-du-handicap-en-france

Pour agir correctement avec chacun :

  • Avec une personne malvoyante ou aveugle :
Les personnes aveugles et malvoyantes voient leur environnement avec leurs autres sens (toucher, ouïe, odorat).
  • Pour attirer son attention, appelez-la par son nom, sinon elle ne peut pas savoir que vous vous adressez à elle.
  • Présentez-vous, elle ne reconnaît pas forcément votre voix. Ne l’attrapez jamais par le bras sans prévenir.
  • Laissez-la, elle-même, poser sa main sur votre bras ou votre épaule.
  • Pour un trajet, demandez toujours si la personne souhaite être guidée ou non. Si oui, demandez-lui s’il elle souhaite s’accrocher à votre bras ou être guidée à la voix. Chacun a ses préférences.
  • Pour l’aider à s’asseoir, guidez la vers le siège et décrivez-le (tabouret, fauteuil …). Placez sa main sur le dossier et laissez-la faire.
  • Dans un endroit familier, ne changez jamais les objets de place sans la prévenir et ne laissez jamais une porte entrouverte.
  • Dans un lieu nouveau, faites-la visiter et décrivez les pièces.
  • Si la personne est accompagnée d’un chien guide, abordez-la par le côté opposé au chien. Ne touchez, ni la laisse, ni l’animal.
  • Prévenez la personne quand vous la quittez.
  • Avec une personne malentendante :
La surdité est un handicap qui ne se voit pas mais qui conduit souvent les personnes malentendantes à s’isoler et à se couper du monde. De nombreux sourds et malentendants lisent sur les lèvres.
  • Placez-vous toujours face à la personne, le visage dégagé et bien éclairé.
  • Parlez lentement et en articulant mais sans excès.
  • Faites des phrases courtes.
  • N’hésitez pas à faire des gestes, à écrire ou à dessiner.
  • N’oubliez pas qu’une personne sourde n’est pas forcément muette, laissez-la vous répondre.
  • Vous pouvez également apprendre les bases de la langue des signes afin de communiquer plus aisément avec elle.
  • Avec une personne en fauteuil roulant :
  • À la maison, placez-vous à hauteur de la personne, vous établirez ainsi une relation d’égalité.
  • En déplacement, demandez-lui si elle souhaite que vous poussiez son fauteuil. La plupart des personnes handicapées en fauteuil roulant se déplacent sans aide.
  • Marchez à côté du fauteuil, comme si vous marchiez à côté d’une personne valide.
une personne en fauteuil roulant
  • Avec une personne atteinte de graves troubles moteurs :
Ces personnes n’ont pas la capacité de maitriser leurs corps et souffrent souvent de mouvements incontrôlés. Certaines d’entre elles peuvent aussi avoir des problèmes de déficiences intellectuelles mais ce n’est pas toujours le cas.
  • Demandez de quelle façon entrer en contact avec elles (toucher, paroles, regard, écriture.
  • Soyez naturel et simple.
  • Avec une personne qui s’exprime difficilement :
Certaines personnes peuvent avoir une élocution difficile, du fait d’un handicap moteur cérébral ou de séquelles après un traumatisme crânien.
  • Parlez normalement et laissez à la personne le temps de vous répondre.
  • Adressez-vous à la personne directement et non à son accompagnant.
  • Avec une personne présentant un handicap mental :
Il existe différents handicaps mentaux. Intéressez-vous aux capacités et aux ressources de la personne.
  • Soyez simple et patient.
  • Parlez normalement en utilisant des phrases courtes, évitez les détails, exprimez-vous clairement.
  • Utilisez le mode affirmatif et le présent, évitez les longs discours. Restez concret.
  • Ne manifestez pas d’impatience, restez attentif et disponible.
  • Laissez à la personne le temps de comprendre et de réagir. Veillez à ce qu’elle s’exprime entièrement.
  • Répétez les consignes ou informations plusieurs fois. Assurez-vous que la personne les a comprises.
  • Laissez-leur le temps de réagir ou de s’exprimer.
  • Ne soyez pas surpris par les marques d’affection qu’on vous témoigne (tutoiement, contact physique, embrassade). Ces manifestations sont des modes de communication.
personne en difficulte psychique
  • Avec une personne en difficulté psychique :
Les troubles psychiques ne se voient pas immédiatement, ce sont les comportements des personnes qui les révèlent. Des réactions inadaptées, des gestes incontrôlés, des discours illuminés ou au contraire un repli sur soi, sont autant d’attitudes qui trahissent un problème psychique.
  • Soyez à l’écoute.
  • Restez patient, laissez la personne s’exprimer.
  • Évitez de poser plusieurs fois la même question.
  • Restez calme. Ne répondez jamais à l’agressivité ou l’invective.
  • Laissez toujours à la personne la possibilité de partir.

Les personnes âgées

Être aidant, ce n’est pas seulement s’occuper d’un proche malade ou en situation de handicap, c’est aussi s’occuper d’un proche ou d’un parent âgé qui perd en indépendance et en autonomie.

Si la vieillesse n’est pas une maladie, c’est cependant un processus naturel auquel nous ne pouvons échapper. Mais avec l’âge, des fragilités et des pathologies apparaissent, jusqu’à la perte d’indépendance fonctionnelle.

Parfois isolées en raison de leur grand âge ou de leur(s) maladie(s), les personnes âgées ont souvent besoin d’aide pour réaliser les tâches de la vie quotidienne. Parce qu’elles sont souvent esseulées, ces personnes ont besoin de considération et d’affection.

Qui sont les personnes âgées ?

  • Les caractéristiques propres à chaque âge.
L’entrée symbolique dans le troisième âge est souvent marquée par le passage à la retraite, autour de 60 ans. Si on reste encore dynamique et autonome à 65 ans, cela peut être différent à 85 ans. La vieillesse ne se réfère pas à un âge, mais à un état d’incapacité fonctionnelle, ressenti par les personnes âgées elles-mêmes.
  • On appelle seniors, les sexagénaires et septuagénaires. De nombreuses personnes sont encore très actives et en bonne santé à cet âge, désigné comme le « troisième âge ».
  • Les termes « très âgés » ou « quatrième âge » ou « grands seniors » désignent des personnes, en général, de plus de 80 ans.
  • De plus en plus de personnes sont aujourd’hui centenaires. Il y en a environ 21 000 en France* et cela tend à augmenter dans les années à venir. La plupart de ces centenaires vivent en maison de retraite.
  • * Source Insee 2016 https://www.insee.fr/fr/statistiques/2496218
  • Les symptômes du vieillissement
  • Perte d’indépendance fonctionnelle.
  • Difficultés à voir, à entendre, à se déplacer, à s’alimenter, à différencier le goût des aliments. Ils peuvent aussi présenter une plus grande fatigue lors des activités quotidiennes comme faire les courses, le ménage et la toilette.
  • Diminution des capacités intellectuelles.
  • Déclin des capacités à se concentrer, à comprendre, à s’exprimer, à communiquer.
  • Lenteur et difficulté à trouver les mots, formuler des phrases. Oubli d’événements ou répétitions. Impossibilité de prendre les décisions concernant sa propre vie, son devenir.
  • Changement du regard sur soi.
  • Sentiment de devenir une charge pour les autres, difficulté à accepter la perte d’indépendance, sentiment de culpabilité lorsqu’ il s’agit de demander de l’aide, dégradation de l’image qu’on se fait de soi-même, gêne devant la perte de son intimité, sentiment d’être inintéressant, inutile…
  • Changement de l’environnement social et familial.
  • Décès des proches. Famille moins disponible, plus éloignée. Peu de rencontres, grande solitude.
 Les symptômes du vieillissement
  • Comment bien s’occuper d’une personne âgée.
Le respect et l’attention sont nécessaires dans tous les rapports humains.
  • Présentez-vous si c’est la première rencontre.
  • Demandez si vous pouvez vous asseoir et installez-vous face à la personne, au même niveau qu’elle.
  • Parlez lentement, de façon rassurante, amicale. N’hésitez pas à mimer ce que vous dites.
  • Faites des phrases courtes, utilisez des mots simples, concrets. Ne donnez qu’une information à la fois.
  • N’utilisez pas de langage enfantin, ne tutoyez pas la personne si vous ne la connaissez pas.
  • Soyez patient et adaptez-vous à son rythme. Ne finissez pas ses phrases.
  • Choisissez des sujets de discussion où la personne se sent à l’aise.
  • Évitez de contester les propos de la personne.
  • Si vous ne comprenez pas, n’hésitez pas à reformuler.
  • Acceptez les silences et laissez à la personne l’initiative de reprendre la conversation.
  • D’autres conseils si la personne âgée présente d’autres handicaps.
Une personne qui voit mal ou ne voit plus
  • Prenez votre voix la plus douce.
  • Appelez-la par son nom, pour qu’elle sache que vous vous adressez bien à elle.
  • Présentez-vous, car elle peut ne pas reconnaître votre voix.
  • Favorisez le toucher, prenez-lui les mains ou posez la main sur son épaule.
  • Prévenez la personne quand vous la quittez.
Une personne devenue malentendante
  • Parlez lentement et en articulant.
  • Ne parlez jamais dans son dos, mettez-vous face à elle.
  • Faites des phrases courtes.
  • N’hésitez à faire des gestes, à écrire ou à dessiner.
Une personne qui s’exprime difficilement
  • Parlez normalement et laissez le temps à la personne de vous répondre.
  • Reformulez
  • Ne manifestez pas d’impatience, même en cas de long silence.
Une personne en perte d’autonomie
  • Ménagez la dignité de la personne.
  • Ne minimisez pas ses douleurs ou plaintes même si elles sont récurrentes.
  • Prenez votre temps.
  • Soyez doux et délicat dans vos gestes et vos paroles.
Une personne confuse
  • Soyez très calme et très patient.
  • N’insistez pas sur le fait que ses propos sont incohérents ou répétitifs.
  • Parlez peu et uniquement pour dire des choses très simples.
  • Soyez affectueux, n’hésitez pas à la prendre dans vos bras, la bercer ou l’embrasser.
  • La dépression arrive plus vite qu’on ne pense.

Beaucoup de personnes âgées sont malheureusement touchées par la dépression. Les personnes âgées se sentent inadaptées et se retrouvent souvent délaissées.

C’est à ce moment de leur vie qu’elles ont besoin d’une écoute attentive et d’encouragements.

Elles ont aussi besoin de lien social : les inviter à se joindre à vos activités, les encourager à pratiquer les leurs, les aider à ne pas se replier sur elles-mêmes.

 Les symptômes du vieillissement
  • Les signaux d’alerte.
Comment identifier les signes de la dépression ?
Si les symptômes persistent, n’hésitez pas à consulter un médecin.
  • Refus d’exercer les activités habituelles : la toilette, se nourrir, sortir…
  • Refus de parler, de rencontrer ses proches, ses amis, ses voisins.
  • Mauvaise humeur sans raison apparente.
  • Lassitude, tristesse, désespoir.
  • Irritabilité et colère à l’égard d’elle-même et d’autrui.


My newsletter conseils

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez des conseils pour une meilleure santé !

Je découvre et je m'inscris