Mylan vous accompagne au quotidien avec des médicaments de qualité.

Mylan c’est …

medicaments
Des médicaments qui contiennent des excipients limitant les risques d’intolérance.
traitments
Une gamme de traitements qui couvre la majorité des domaines thérapeutiques.
hôpitaux
Une présence dans plus de 9 hôpitaux sur 10(1) et dans près de 99% des pharmacies(2).

1. Données internes

2. D’après éléments démographiques - Les Pharmaciens - Panorama au 1er janvier 2019 – Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens ; et données internes

* Une meilleure santé pour un monde meilleur

Mylan SAS - 117 allée des Parcs - 69792 Saint-Priest CEDEX - RCS Lyon N°399 295 385 - NON-2020-0243 - Mars 2020

laptop mylanmeilleursante.fr

Un site pour vous aider, vous et vos proches, à gérer votre traitement au quotidien.

logo Mylan

Préface

Le laboratoire Mylan est leader sur le marché des médicaments génériques* et est aujourd’hui un acteur de santé incontournable. Soucieux de fournir des prestations de haute qualité, le laboratoire Mylan a développé une collection de livrets destinés à vous informer sur les différentes pathologies et leurs traitements.

L’objectif de cette brochure est de vous apporter des informations sur les maladies liées à l’acidité gastrique, leurs symptômes et leurs traitements.

*Gers octobre 2019 en volume en CM12

préface
sommaire

Sommaire

  • Qu’est-ce que l’acidité gastrique ?
  • Qu’est-ce qu’un reflux gastro-oesophagien ?
  • Qu’est-ce qu’une gastrite ? Un ulcère gastroduodénal ?
  • Quels en sont les facteurs favorisants ?
  • Quels en sont les traitements ?
  • Conseils de vigilance

Qu’est-ce que l’acidité gastrique  

L’estomac fabrique le liquide gastrique, un composé extrêmement acide utile à la digestion des aliments.

La digestion est l’ensemble des processus biochimiques et mécaniques assurant la transformation des aliments afin qu’ils puissent être absorbés par l’intestin 1.

Les aliments sont d’abord broyés par les dents lors de la mastication, mélangés à la salive qui participe à la première étape de la digestion. Le bol alimentaire descend ensuite dans l’oesophage avant de franchir le cardia (zone de jonction entre l’oesophage et l’estomac) pour arriver dans l’estomac1.

Dans l’estomac, le bol alimentaire va subir 2 phénomènes complémentaires 1:

  • Broyage mécanique

grâce aux contractions répétées de la paroi de l’estomac.

  • Digestion chimique

effectuée par le liquide gastrique qui contient de l’acide chlorhydrique et des enzymes digestives et qui se mélange au bol alimentaire.

Ensuite, le bol alimentaire passe par le pylore (orifice étroit situé à la sortie de l’estomac) et continue sa progression dans le duodénum puis le reste de l’intestin grêle où la digestion se poursuit 1.

En situation normale, l’acidité gastrique est contrôlée : elle reste dans l’estomac.

icon

La paroi de l’estomac est conçue pour résister à l’acidité du liquide gastrique. Ce n’est pas le cas de l’œsophage, ni du duodénum. C’est pourquoi le cardia et le pylore forment de véritables verrous empêchant toute fuite de liquide acide notamment en dehors des repas.

Dans certaines circonstances, il arrive que l’un ou l’autre de ces sphincters (structures musculaires circulaires entourant un orifice naturel et permettant son ouverture ou sa fermeture) ne soit plus très étanche. Les sécrétions acides de l’estomac peuvent alors par exemple remonter en direction de l’œsophage : c’est le reflux gastro-oesophagien.

Qu’est-ce qu’un reflux gastro-oesophagien (RGO) ?

Le reflux gastro-oesophagien ou “RGO” est dû à un dysfonctionnement au niveau du cardia.

Il peut se révéler de manière plus ou moins évidente par un ou plusieurs signes évocateurs. Son expression peut varier d’un individu à l’autre. Le RGO est la remontée d’une partie du contenu gastrique dans l’œsophage1,2.

Les manifestations sont principalement digestives 2:

  • Sensations de brûlure dans le creux épigastrique (creux sous la cage thoracique) ou derrière le sternum, et apparaissant après les repas. Ces brûlures peuvent être déclenchées par le fait de se pencher en avant ou de se mettre en position allongée1.
  • Sensations de remontées de liquide acide dans l’arrière-gorge ou derrière le sternum.
  • Régurgitations acides dont la survenue est sans nausée ni effort de vomissement.
  • Douleurs ou crampes au creux de l’estomac.
  • Des signes digestifs, comme le hoquet ou des éructations.

Mais peuvent aussi être associées à des manifestations pulmonaires ou ORL2:

icon
  • Toux chronique
  • Irritation de la gorge (pharyngite), enrouement de la voix (laryngite)
  • Apparition ou aggravation d’un asthme
  • Erosion dentaire
  • Le RGO peut être à l’origine d’une inflammation de l’oesophage appelée oesophagite pouvant conduire à des difficultés de déglution.

Qu’est-ce qu’une gastrite ? Un ulcère gastro-duodénal ?

image

La gastrite est une inflammation aigüe ou chronique de la muqueuse de l’estomac. Dans la plupart des cas elle est asymptomatique. Les symptômes peuvent être des brûlures d’estomac déclenchées ou exacerbées par la prise d’aliments1.

L’ulcère gastrique est une destruction localisée de la muqueuse de l’estomac1,3.

70% des ulcères gastriques sont provoqués par la bactérie Helicobacter pylori. L’infection de la muqueuse par H. pylori va provoquer une sécrétion excessive d’acide chlorhydrique par l’estomac qui va favoriser l’ulcération1.

Les symptômes sont majoritairement des crampes ou des brûlures d’estomac apparaissant 2 à 3 heures après le repas et calmées par la prise d’aliments1.

La duodénite est une inflammation de la paroi du duodénum qui est favorisée par le présence de H. pylori1. La duodénite est responsable de brûlures et de douleurs dans la région de l’estomac.

L’ulcère duodénal est le type d’ulcère le plus fréquent. Il a une incidence annuelle de 0,2% en France4. On compte entre 60 000 et 80 000 nouveaux cas chaque année4. La bactérie H. pylori est impliquée dans 90% des cas d’ulcères duodénaux. Les symptômes sont les mêmes que ceux de l’ulcère gastrique1.
L’ulcère de l’estomac ou du duodénum peut se manifester par des douleurs au niveau de l’épigastre (haut et milieu de l’abdomen) ou être asymptomatique. Les douleurs abdominales se traduisent par des crampes ou une sensation de faim douloureuse et surviennent une à trois heures après un repas3.

Quels sont les facteurs favorisants ?

Les facteurs non modifiables

icon
  • L’hérédité 3:

Il existe certaines prédispositions génétiques pour l’ulcère de l’estomac ou du duodénum.

icon
  • La grossesse 2:

La trop grande pression abdominale ainsi que le relâchement, d’origine hormonal, du cardia font que la grossesse peut déclencher ou aggraver le RGO 4*.

Les facteurs modifiables 2-4

icon
  • Le stress prolongé
  • L’environnement :

le tabac car il augmente les sécrétions acides, la pollution

icon
  • L’alimentation :

le café, le thé, les repas copieux, les graisses, les épices, les aliments acides, l’alcool, les boissons effervescentes, le sucre, les jus d’agrumes

icon
  • Les médicaments :

l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens

icon
  • Le poids :

le surpoids, l’obésité

  • Le port de vêtement serrés à la taille

Quels sont les traitements 1-4?

Les règles hygiéno-diététiques

image
  • Fractionner les repas et éviter d’en prendre de trop copieux
  • Limiter les graisses, les épices, les aliments acides, le sucre
  • Limiter le café, le thé, les boissons gazeuses, les jus d’agrumes
  • Attendre 3 heures après le diner pour se coucher
  • Arrêter de fumer
  • Limiter la consommation d’alcool
  • Normaliser son poids en cas de surcharge pondérale (surveillance de l’alimentation et pratique d’une activité physique) c’est-à-dire avoir un IMC < 25
IMC = poids/taille2

Les mesures positionnelles

  • Eviter de se pencher en avant après les repas ou de s’allonger
  • Eviter les efforts importants après les repas
  • Dormir sur le dos avec la tête relevée
  • Eviter de porter des vêtements serrés à la taille
  • Eviter les postures qui compriment le ventre

Se détendre

  • La pratique d’une activité physique douce comme la marche, la natation, le cyclisme sont tout à fait indiqués pour lutter contre le stress et la sédentarité. Certaines techniques de relaxation ou de méditation peuvent également s’avérer utile.

Les traitements médicamenteux 2-4

icon

Lorsque les mesures hygiéno-diététiques et positionnelles ne suffisent pas, des traitements médicamenteux peuvent être proposés.

Les antiacides

Ce sont des médicaments permettant de traiter les symptômes du RGO et les brûlures en particulier.

  • Certains agissent en diminuant l’acidité du reflux gastrique qui devient alors moins irritant
  • Certains forment un gel visqueux, dans l’estomac, qui empêche le reflux
  • D’autres ont un effet de recouvrement de la muqueuse qu’ils préservent

De nombreux médicaments de ce groupe peuvent être délivrés sans ordonnance, demandez conseil à votre pharmacien.

Les antihistaminiques anti-H2

Ces traitements ont pour but de diminuer les sécrétions acides de l’estomac.

Les alginates

En formant un gel visqueux dans l’estomac, ils empêchent le reflux.

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)

Ils agissent en bloquant les pompes à protons, c’est-à-dire des protéines présentes dans la muqueuse de l’estomac qui pompent l’acide. En bloquant les pompes à protons, les IPP réduisent les sécrétions acides de l’estomac.

Les antibiotiques

Si la pathologie est imputable à une infection par H. pylori, un traitement antibiotique sera prescrit afin de l’éradiquer.

Il est impératif de respecter la posologie, la durée du traitement préconisée et de ne jamais prendre un traitement de façon prolongée sans avis médical.

Les traitements chirurgicaux 1,4

En cas de RGO :

En cas de résistance aux traitements médicamenteux, une chirurgie ayant pour but de restaurer une barrière anti-reflux est envisageable. Cette chirurgie consiste à créer une valve entre l’estomac et l’oesophage. Elle entraînerait un contrôle des symptômes dans 80-90% des cas.

En cas d’ulcère :

Dans certaines complications (hémorragie, perforation) ou en cas d’absence de guérison après un traitement médicamenteux :

• La gastrectomie partielle (retrait d’une partie de l’estomac)

ou

• La vagotomie (destructions des nerfs qui provoquent les sécrétions gastriques).

image
sommaire

Conseils de vigilance

Demandez l’avis de votre pharmacien ou de votre médecin en cas de 2:

• Persistance ou d’aggravation des symptômes malgré la mise en place de mesures hygiéno-diététiques et la prise de traitement

• Brûlures récidivant dès l’arrêt du traitement


Consultez votre médecin traitant car des examens complémentaires peuvent être nécessaires 2:

image
  • Si vous avez plus de 50 ans et avez des symptômes qui apparaissent pour la première fois ou qui se sont modifiés récemment
  • Si vos troubles s’accompagnent de difficultés à avaler (dysphagie), d’une perte de poids, de vomissements sanglants ou de sang dans les selles, d’une pâleur et d’une faiblesse (anémie)

Références :

1. Larousse médical. Edition 2012. Pages 154, 276, 291, 292, 342, 391, 801, 822, 991, 992.

2. Reflux gastro-oesophagien de l’adulte. Ameli.fr. Mis à jour le 18/10/2018. Consulté le 02/08/2019.

3. Ulcère de l’estomac et du duodénum. Ameli.fr. Mis à jour le 18/10/2018. Consulté le 02/08/2019.

4. E-Vidal version 3 Ulcère gastroduodénal & RGO. Données du 18/06/2019 consultées le 02/08/2019.

My newsletter conseils

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez des conseils pour une meilleure santé !

Je découvre et je m'inscris