Mylan vous accompagne au quotidien avec des médicaments de qualité.

Mylan c’est …

medicaments
Des médicaments qui contiennent des excipients limitant les risques d’intolérance.
traitments
Une gamme de traitements qui couvre la majorité des domaines thérapeutiques.
hôpitaux
Une présence dans plus de 9 hôpitaux sur 10(1) et dans près de 99% des pharmacies(2).

(1) Données internes

(2) D’après éléments démographiques - Les Pharmaciens - Panorama au 1er janvier 2019 – Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens ; et données internes

* Une meilleure santé pour un monde meilleur

Mylan SAS - 117 allée des Parcs - 69792 Saint-Priest CEDEX - RCS Lyon N°399 295 385 - NON-2019-1928 - Mars 2020

laptop mylanmeilleursante.fr

Un site pour vous aider, vous et vos proches, à gérer votre traitement au quotidien.

logo Mylan

Préface

Le laboratoire Mylan est leader sur le marché des médicaments génériques* et est aujourd’hui un acteur de santé incontournable. Soucieux de fournir des prestations de haute qualité, le laboratoire Mylan a développé une collection de livrets destinés à vous informer sur les différentes pathologies et leurs traitements.

L’objectif de cette brochure est de vous apporter des informations sur les troubles lipidiques (dyslipidémies) comme l’hypercholestérolémie ou l’hypertriglycéridémie, leur surveillance et leurs traitements.

*Gers octobre 2019 en volume

préface
sommaire

Sommaire

  • Que sont les lipides sanguins ?
  • D’où viennent les lipides sanguins et comment reconnaît-on le «bon» et le «mauvais» cholestérol ?
  • Quand peut-on parler de dyslipidémie ?
  • Quelles sont les causes des dyslipidémies ?
  • Quelles sont les conséquences des dyslipidémies ?
  • Comment traiter les dyslipidémies ?

Que sont les lipides sanguins ?

Les lipides ou graisses sont, au même titre que les protides et les glucides, une famille chimique composant la matière vivante.

Les plus importants d’entre eux sont :

Les acides gras

Ils sont les constituants principaux des lipides1. Ils représentent une source d’énergie importante pour l’organisme. De par leur structure chimique, ils sont classés en deux grandes catégories : les acides gras saturés et les acides gras insaturés. Les acides gras que l’organisme ne peut pas fabriquer sont dits acides gras essentiels. Ils doivent donc être impérativement apportés par l’alimentation.

image

Les lipides circulant dans le sang se présentent sous deux formes essentielles :

Le cholestérol 1

Il est indispensable pour les cellules de l’organisme car il intervient dans la constitution des membranes des cellules. Le cholestérol intervient aussi dans différents métabolismes. Il est notamment à l’origine de la synthèse de différentes hormones comme les corticostéroïdes ou certaines hormones sexuelles.

Les triglycérides 1

Ils sont la principale réserve d’énergie de l’organisme. Ils sont fabriqués par le foie, mais aussi, apportés par l’alimentation (sucres, alcool).

image

D’où viennent les lipides sanguins et comment reconnaît-on le “bon” et le “mauvais” cholestérol ?

Les lipides présents dans le sang proviennent soit de l’alimentation soit d’une fabrication interne (principalement par le foie) 1.

Pour exemple : environ 15% du cholestérol sanguin provient de l’alimentation, les 85% restants sont fabriqués par l’organisme, majoritairement par le foie et dans une moindre mesure par les autres cellules de l’organisme2.

* LDL - cholestérol “le mauvais cholestérol” (qui circule du foie vers les cellules).

** HDL - cholestérol “le bon cholestérol” (qui circule des cellules vers le foie pour être éliminé).

“Bon” ou “mauvais” cholestérol1.

Les lipides, et notamment le cholestérol, s’associent à des protéines spécifiques, les apoprotéines, pour transiter dans le sang . Le complexe formé est appelé lipoprotéine. Plus une lipoprotéine est riche en lipide, plus sa densité est faible2.

Les LDL ou lipoprotéines de basse densité sont très riches en cholestérol. Elles permettent le transport du cholestérol vers les tissus périphériques pour stockage ou utilisation. C’est le mauvais cholestérol2.

Les HDL ou lipoprotéines de haute densité transportent l’excédent de cholestérol des tissus périphériques vers le foie qui pourra l’éliminer. C’est le bon cholestérol2.

image

Quand peut-on parler de dyslipidémies ?

En cas d’anomalie du taux de cholestérol ou de triglycérides dans le sang, on parle de dyslipidémie.

Le dépistage d’un trouble des lipides appelé dyslipidémie repose sur la mise en évidence d’une anomalie sur le bilan lipidique4.

Le bilan lipidique ou EAL (Exploration d’une Anomalie Lipidique)

Le bilan lipidique consiste en un dosage sanguin réalisé après 12 heures de jeûne3.

Il permet d’évaluer les paramètres suivants :

  • Cholestérol total
  • Triglycérides
  • HDL-cholestérol
  • LDL-cholestérol3.

Le bilan lipidique est utilisé comme outil de dépistage mais aussi outil de suivi afin de vérifier que le traitement prescrit au patient fonctionne correctement.

image

Valeurs normales du bilan lipidique 4,5

Chez un patient adulte sans facteur de risque cardiovasculaire associé, les valeurs normales sont :

  • Cholestérol < 2,00 g/L soit 5,1 mmol/L
  • LDL-cholestérol < 1,60 g/L soit 4,1 mmol/L
  • Triglycérides < 1,50 g/L soit 1,7 mmol/L
  • HDL-cholestérol > 0,40 g/L soit 1 mmol/L

Les différentes dyslipidémies 5

Elles peuvent être :

  • Une hypercholestérolémie : seul le taux de cholestérol dans le sang est élevé
  • Une hypertriglycéridémie : seul le taux en triglycérides dans le sang est élevé
  • Une hyperlipidémie mixte : les deux taux sanguins sont élevés en même temps.

Quelles sont les causes des dyslipidémies ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer des taux élevés de cholestérol ou de triglycérides mais le plus souvent aucune cause n’est retrouvée.

Les dyslipidémies sont d’origine multifactorielle associant une prédisposition génétique et des comportements les favorisant5.

icon

Comportements favorisants, tels que : la sédentarité ; le surpoids et une alimentation déséquilibrée.

icon

Dyslipidémies secondaires à une maladie, comme : l’hypothyroïdie ; certaines maladies du foie ; l’anorexie mentale ; une maladie rénale ; l’obésité ; le diabète de type 2.

La prise de certains médicaments (les corticoïdes ; les oestrogènes par voie orale ; certains antirétroviraux ; certains neuroleptiques, etc..).

Quelles sont les conséquences des dyslipidémies ?

L’augmentation du taux de cholestérol total, du LDL-cholestérol, la baisse du HDL-cholestérol et, à un moindre degré, l’hypertriglycéridémie sont des facteurs de risque majeurs d’athérosclérose3,4.

Le LDL cholestérol en excès se dépose sur la paroi des artères et participe ainsi à la formation des plaques d’athérome (dépôts de graisse se formant au niveau de la paroi interne des artères)1,2.

Avec le temps, les artères sont rétrécies, déformées, rigidifiées. Le sang circule difficilement ce qui entraîne un défaut d’irrigation et donc une mauvaise oxygénation des tissus et des organes.

Si une artère se bouche complètement, elle peut provoquer, selon la localisation, un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde ou encore une ischémie aiguë (arrêt de l’irrigation) d’un membre inférieur.

image
icon

Évaluation du risque cardiovasculaire global et objectifs thérapeutiques4.

La cible thérapeutique pour le LDL cholestérol (c’est-à-dire le taux idéal à atteindre) est établie en fonction des facteurs de risques cardiovasculaires.

Ces facteurs de risque sont l’âge (≥ 50 ans chez l’homme, ≥ 60 ans chez la femme) ; des antécédents familiaux de maladie coronaire précoce ; le tabagisme actuel ou arrété depuis moins de 3 ans ; une hypertension artérielle ; un diabète de type 2 ; HDL-cholestérol < 0,40 g/l (1,0 mmol/l).

Un facteur protecteur : HDL-cholestérol ≥ 0,60 g/l. Dans ce cas, un facteur de risque peut être enlevé pour le calcul du taux de LDL à atteindre (voir tableau ci-dessous).

Détermination de la cible thérapeutique en fonction du risque cardiovasculaire 4

Niveau de risque cardiovasculaire Taux de LDL cholestérol à atteindre
Faible < 1,90 g/l
Modéré < 1,30 g/l
Elevé < 1,00 g/l
Très élevé < 0,70 g/l
image

Comment traiter les dyslipidémies?

Les dyslipidémies peuvent être améliorées grâce à des mesures hygiéno-diététiques simples4.

Concernant l’hypercholestérolémie 4:

image
icon
  • Limiter la consommation d’aliments riches en matières grasses tels que les charcuteries, viandes grasses, fromages et fritures
  • Manger du poisson au moins 2 fois par semaine
  • Préférer les viandes maigres (volailles notamment)
icon
  • Privilégier la consommation de fruits, de légumes, de pain, de céréales et de féculents.
icon
  • Utiliser des margarines molles au tournesol, voire des margarines enrichies en stérols végétaux, ainsi que des huiles d’olive, de noix, de tournesol, de pépins de raisin ou de colza
  • Les matières grasses doivent être limitées à 1 cuillère à soupe par personne et par repas
icon
  • Préférer les laitages allégés.

Concernant l’hypertriglycéridémie4:

image
icon
  • Corriger son poids. Une perte de poids, même modérée, peut suffire à normaliser une hypertriglycéridémie
icon
  • Pratiquer une activité physique d’intensité modérée et régulière
icon
  • Limiter la consommation de produits sucrés à moins de 10% de la ration calorique totale
  • Consommer du pain et des féculents en quantité contrôlée à chaque repas : ¼ de baguette = 60 g de pain = 3 pommes de terre = 5 à 6 cuillères à soupe de riz, pâtes, semoule, légumes secs, maïs ou petits pois cuits = 2 cuillères à soupe de farine
icon
  • Limiter la consommation de pâtisseries et desserts sucrés à 1-2 fois par semaine et toujours en fin de repas
icon
  • Privilégier les sodas allégés en sucre
  • Diminuer sa consommation d’alcool

De façon plus générale3,5:

  • Arrêter de fumer et ne pas s’exposer au tabagisme passif.
  • Augmenter son activité physique et lutter contre la sédentarité.
  • Adapter son alimentation.
Les mesures nutritionnelles et l ’activité physique permettent le plus souvent à elles seules d’atteindre les objectifs thérapeutiques pour les patients avec 0 ou 1 facteur de risque associé (hors dyslipidémies familiales).
icon

Les traitements médicamenteux 3:

Si un régime est insuffisant, en monothérapie durant 3 mois, pour normaliser les taux de lipides ou si le niveau de risque cardiovasculaire le justifie, un traitement hypolipémiant (c’est-à-dire dont l’objectif est d’abaisser le taux de lipides sanguins) peut être prescrit en monothérapie ou en association . La posologie instaurée sera augmentée progressivement pour atteindre le meilleur rapport efficacité-tolérance possible.

Le choix du médicament dépend du type de dyslipidémie et pourra être adapté dans le temps.

Il existe 4 classes principales de médicaments 3,4:

  • Les statines sont, en général, le traitement de première intention en cas d’hypercholestérolémie pure ou mixte. Les statines agissent d’une part, en inhibant l’HMG Co-A réductase, une enzyme essentielle à la fabrication du cholestérol dans l’organisme. D’autre part, les statines accroissent la captation du LDL-cholestérol par le foie ce qui favorise son élimination
  • Les fibrates augmentent l’élimination des particules riches en triglycérides et stimulent la synthèse de HDL-cholestérol
  • Les résines accélèrent le catabolisme du cholestérol et ainsi la captation du LDL-cholestérol circulant par le foie
  • Les inhibiteurs de l’absorption intestinale du cholestérol empêchent de façon sélective l’absorption du cholestérol par l’intestin
Une fois mis en place, le traitement médicamenteux, comme le traitement diététique, doivent être poursuivis au long cours, tout en faisant l’objet de réévaluations périodiques.

Références :

1. Larousse médical. Edition 2012. Pages 10, 97, 98, 183, 551, 979, 980.

2. Anatomie et Physiologie humaine. Marieb. De boeck université 1998.

3. ESC/EAS Guidelines for the management of dyslipidaemias, The Task Force for the management of dyslipidaemias of the European Society of Cardiology (ESC) and the European Atherosclerosis Society (EAS), European Heart Journal, n° 32, pp. 1769–1818, 2011.

4. Dyslipidémies. E-Vidal Version 3. Données du 19/11/2019. Consulté le 23/12/2019.

5. Anomalies du cholestérol et des triglycérides : définition, causes et conséquences. ameli.fr mis à jour le 14/11/2019. Consulté le 17/11/2019.

My newsletter conseils

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez des conseils pour une meilleure santé !

Je découvre et je m'inscris