A quoi sert le sommeil ?

Besoin fondamental de l’organisme, le sommeil est un état dans lequel l’être humain passe un tiers de sa vie 1.

Indispensable au bien-être, le sommeil est essentiel au bon fonctionnement de l’apprentissage, de la mémorisation et à l’adaptation à des circonstances nouvelles. Il favorise le stockage et l’organisation des nouvelles connaissances 1.

Il existe différents types de sommeil qui auraient des impacts spécifiques.

Le sommeil profond jouerait un rôle décisif dans la maturation du cerveau. Le sommeil paradoxal favoriserait son développement 1.

Le sommeil joue aussi un rôle sur le reste de l’organisme. En effet, principalement secrétée durant le sommeil profond, l’hormone de croissance est impliquée dans la croissance de l’enfant, ainsi que dans la réparation des muscles, de la peau et des os chez l’adulte 1.

Enfin, le sommeil est un temps privilégié à la constitution de l’immunité c’est-à-dire l’ensemble des défenses de l’organisme contre les éléments qui lui sont étrangers 2.

Que se passe-t-il pendant le sommeil ?

Le sommeil est une alternance de 2 phases : le sommeil lent et le sommeil paradoxal 3. Un cycle complet de sommeil dure environ 110 minutes et se reproduit 4 à 5 fois par nuit 2.

Le sommeil lent comprend 4 stades de profondeur croissante et d’une durée totale de 90 minutes environ 2 3.

  • Le stade 1 correspond à un stade transitoire entre l’état de veille et de sommeil. C’est l’endormissement 2.
    Durant cette période, les muscles se détendent, la respiration et le pouls sont réguliers et les pensées floues 3
  • Le stade 2 est la première étape du sommeil véritable. Il s’agit d’un sommeil léger 3
  • Le stade 3 correspond à un sommeil relativement profond. La température corporelle s’abaisse et la pression artérielle diminue.
    Les muscles sont très décontractés. Cette étape se produit environ 20 minutes après l’endormissement 3
  • Le stade 4 est le stade où le sommeil profond survient 3. Les signes vitaux atteignent leurs niveaux les plus bas et l’activité du tube digestif s’accroît

Le sommeil paradoxal allie une activité cérébrale proche de celle de l’état de veille et une absence de tonus musculaire 3.
Durant ce stade, il y a une augmentation de la température corporelle, de la tension artérielle, des fréquences cardiaque et respiratoire ainsi qu’une diminution de l’activité digestive 3.
Les rêves se produisent presque toujours durant le sommeil paradoxal et beaucoup plus rarement durant le sommeil lent 2.

Le sommeil paradoxal recommence toutes les 90 minutes environ, alternant avec certaines phases de sommeil lent. Au cours de la nuit, les périodes de sommeil paradoxal s’allongent progressivement. La première dure de 5 à 10 minutes ; et la dernière peut durer jusqu’à 50 minutes3.

Qu’est ce que dormir “normalement” ?

Le sommeil évolue avec l’âge 1. Le nouveau-né dort de 16 à 18 heures par jour. A l’adolescence, le besoin de sommeil est en moyenne de 9 à 10 heures par jour. L’adulte dort 7 h 30 à 8 h en moyenne. Avec le vieillissement, la durée totale de sommeil ne se raccourcit pas mais le sommeil devient plus léger et fragmenté.

Le pourcentage de sommeil profond diminue avec l’âge. Chez l’enfant de 10 ans, 30% du sommeil est constitué de sommeil profond. Chez l’adulte, le pourcentage moyen de sommeil profond est de 20 %. À 80 ans, il est rare d’avoir encore des périodes de sommeil profond.

Le sommeil paradoxal voit sa quantité diminuer de façon importante au cours de la première année de vie, puis reste stable ensuite. Par contre, sa répartition au cours de la nuit se modifie avec l’âge.

Le sommeil dépend de l’individu 1

La durée moyenne de sommeil d’un adulte est de 8 heures. Cependant, 6 heures de sommeil sont suffisantes pour des individus que l’on appelle communément “petits dormeurs”; alors que 9 h à 10 h sont nécessaires pour les “grands dormeurs”. Ces différences sont notamment liées à des aspects génétiques.

La durée moyenne de sommeil en France chez l’adulte serait d’environ 4 :

  • 6 h 50 en semaine
  • 8 h le week-end

Le sommeil dépend de l’activité 2

La longueur et la profondeur du sommeil s’adapte à la durée et l’intensité de l’activité de la journée.

Chacun doit déterminer ses besoins de sommeil en fonction de ses propres réactions 1.

Quels sont les troubles du sommeil ?

La définition d’un trouble du sommeil est : toute perturbation de la durée ou de la qualité du sommeil 2.

Il existe 3 grands types de troubles 2:

Un excès de sommeil, c’est l’hypersomnie. Elle peut être d’origine psychologique, médicamenteuse, neurologique ou infectieuse 2.

Une insuffisance de sommeil, c’est l’ insomnie. L’insomnie transitoire dure de quelques jours à quelques semaines 2. Elle est souvent liée à un épisode particulier comme un stress ou une douleur. L’insomnie chronique s’installe dans la durée.

Un comportement anormal durant le sommeil, c’est la parasomnie. Les parasomnies s’observent le plus fréquemment chez l’enfant. Elles peuvent se traduire par une déambulation nocturne et inconsciente appelée somnambulisme, des terreurs nocturnes, un éveil confusionnel ou des cauchemars 2.

Reconnaître un trouble du sommeil peut épargner des années d’inconfort voire de souffrances inutiles, et prévenir l’installation de conséquences graves pour la santé. Parlez-en à votre médecin.

Qu’est- ce que l’insomnie ?

L’insomnie est définie comme le ressenti d’une insuffisance de l’installation ou du maintien du sommeil associée à des conséquences sur l’état de veille: fatigue, troubles de la concentration, troubles de la mémoire, morosité ou irritabilité, erreurs dans la réalisation de tâches, et altération de la qualité de vie 5.

Le médecin pose le diagnostic lors d’une évaluation clinique comportant un entretien approfondi 5.

Les principales questions qu’il abordera sont 5 :

  • La durée de l’endormissement
  • La durée et le nombre des éveils nocturnes
  • Le réveil matinal prématuré
  • La durée et l’efficacité du sommeil
  • L’état diurne : fatigue, hypersensibilité diffuse, troubles de l’attention, irritabilité, performances psychomotrices altérées...

Les principaux types d’insomnie sont 5 :

  • Les insomnies dues aux mauvaises habitudes de sommeil qui sont la conséquence d’horaires inappropriés, de consommations ou d’activités non favorables au sommeil, en particulier en fin de journée
  • Les insomnies d’ajustement sont transitoires, de quelques jours à 3 mois, liées à des événements stressants
  • Les insomnies chroniques sans comorbidité:
    • Les insomnies psychophysiologiques : caractérisées par un conditionnement mental et physiologique qui s’oppose au sommeil
    • Les insomnies paradoxales ou par mauvaise perception du sommeil: plainte d’insomnie mais résultats normaux d’enregistrements du sommeil
    • Les insomnies idiopathiques: débutant dans l’enfance, ce sont des insomnies permanentes et stables
  • Les insomnies chroniques avec comorbidité:
    • Les insomnies liée à une pathologie mentale: états dépressifs, troubles bipolaires, troubles anxieux généralisés, attaques de panique, troubles compulsifs, etc.
    • Les insomnies chroniques liées à une pathologie physique: douleurs, hyperthyroïdie, épilepsie, cardiopathies, troubles respiratoires de type apnées du sommeil, etc.
  • Les insomnies liée à la prise d’une substance ou d’un médicament perturbant le sommeil: stimulant (caféine, nicotine, etc), alcool, médicament

Comment traiter l’insomnie ?

Les règles hygiéno-diététiques 1 2 6

L’environnement joue un rôle important sur la qualité du sommeil. Le respect de certaines mesures d’hygiène de vie se révèle être un plus dans le traitement de l’insomnie.

Le matin

  • Levez vous à heures régulières
  • Prenez un petit déjeuner copieux
  • Exposez-vous à la lumière naturelle dès le matin

La journée

  • Vivez dans une pièce claire et aérée
  • Evitez les siestes longues (> 1 h) ou trop tardives (après 16 h) 5

Le soir

  • Prenez un repas léger
  • Ne prenez pas d’excitants (alcool, tabac, café, thé, cola...)
  • Privilégiez les boissons relaxantes (tisane, lait tiède...)
  • Favorisez les activités destressantes (lecture, relaxation, bain tiède...)
  • Ne pratiquez pas d’activité physique après 20 h
  • Couchez vous lorsque vous avez sommeil (bâillements, yeux qui piquent...)
  • Endormez vous dans une chambre fraîche (18°C) 5, sombre et calme
  • Veillez à avoir une bonne literie
  • Au lit, évitez de manger, regarder la télévision ou travailler
  • Evitez de regarder la télévision ou un écran d’ordinateur juste avant de se coucher
Trouvez votre propre rythme de sommeil et respectez-le.

Les autres traitements

En fonction de l’insomnie et de l’environnement du patient, s’il le juge nécessaire, le médecin peut prescrire différents types de traitements, comme par exemple 5:

  • De la phytothérapie qui pourra entraîner une sédation légère
  • Une thérapie cognitivo- comportementale qui pourra améliorer le délai d’endormissement et le maintien du sommeil, les performances à l’état de veille et la qualité de vie
  • Des anxiolytiques c’est-à-dire des tranquillisants qui pourront faciliter l’installation spontanée du sommeil
  • Des hypnotiques c’est-à-dire des somnifères qui provoqueront l’endormissement

Conseils et mise en garde

  • Une prescription de médicament est valable pour un individu donné. Ne prenez pas un traitement qui ne vous a pas été prescrit. Ne donnez pas votre traitement à une autre personne
  • Ne modifiez pas la dose et/ou la fréquence d’un traitement sans en parler avant à votre médecin, et respectez la durée de votre traitement
  • Lors de la prise d’hypnotiques, il est nécessaire d’éviter de conduire, de réaliser des travaux de précision ou présentant des risques : en début de traitement (première semaine) ou en cas de somnolence, vertige ou manque de concentration 5
  • Le pictogramme indiquant le niveau de risque de conduite est présent sur la boîte des médicaments présentant une mise en garde ou une contre-indication à la conduite 5
  • En cas de grossesse, l’automédication doit être évitée. Avant toute prise de médicaments, prenez conseil auprès de votre médecin, sage-femme ou pharmacien
En cas d’insomnie et notamment en cas de prise d’un traitement médicamenteux, un suivi régulier par votre médecin est recommandé.

Mes traitements

Pour vous aider à bien suivre votre traitement ou aider l'un de vos proches à suivre le sien, créez un Mémo traitement. Ajoutez les médicaments à prendre selon la prescription du médecin. Ils sont alors notés aux heures de prise de la journée (matin, midi, soir, coucher) pour chacun des jours de la semaine. Imprimez-le pour l'avoir toujours sous les yeux ou avec vous.

Créer mon Mémo traitement
  1. Tout savoir sur le sommeil. Site internet de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance. http://www.institut-sommeil-vigilance.org/tout-savoir-sur-le-sommeil.
  2. Larousse médical. Édition 2003. Pages 519- 520, 952-955.
  3. Anatomie et physiologie humaines. Elaine N. Marieb. Traduction de la 4 ème édition américaine. De Boeck Université. 1999.
  4. Enquête INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance) / MGEN : “Sommeil et Transport” 2014.
  5. Prise en charge du patient adulte se plaignant d’insomnie en médecine générale. Recommandations HAS. Dec 2006.
  6. HAS. Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées 2011.

My newsletter conseils

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez des conseils pour une meilleure santé !

Je découvre et je m'inscris